Linguisterie générale et autres menuiseries

Accueil > BABEL CIRCUS > Dialogue des latitudes

Dialogue des latitudes

 



Sans doute ne suffirait-il pas d’accrocher un walk-man aux oreilles d’une nouvelle Olympia pour en faire une oeuvre contemporaine.
Marc Augé


— Tu as souvent cette impression de te trouver à une station des gens ?

— Non, qu’est-ce que tu veux dire par là ?

— Tu voudrais des correspondances, des aiguillages, des carrefours, tu voudrais changer de ligne, compliquer les trajets. Tu es à deux pas d’un peu partout c’est très pratique. Un peu trop pratique, alors tu projettes tout le monde aux quatre coins de la capitale ou bien tu réponds avec tes mots d’ethnologue à demi mécanique, à demi fraternelle, tissant des petits pas électriques alimentés sur mesure entre distance et participation.

— Je vois.

— Je rêve de stations successives dans une histoire, leur mélodie qui court dans mon bassin de souvenirs. Je ne suis déjà plus en ville, observe tétards et libellules, le pétard dans la bouse de vache c’était une idée du voisin. J’ai envie de faire éclater cette bouse dans mon présent comme un feu d’artifice. Mon temps intime, mes architectures compliquées, mes sensations subtiles. Oui bien sûr je suis à une station de toi, de moi, d’un peu tout le monde aussi, mais j’ai beaucoup de titres sur le front comme les plaques mémorables dans les rues, comme un grouillement d’insectes, d’asticots, comme une artère embarrassée, un sentiment ethnographique tiens c’est moi l’indigène. Mes mots débordent, n’objectivent plus. Souterrains, mal organisés. Mes mots contestataires. Ils ont trouvé comme moi testé le pétard dans la bouse et récolté leur chambre. Je lisais la Recherche du temps perdu comme on essaie de les chasser pour faire vivre une ville propre.

— Est-ce que j’ai fait autant de trajet que toi pour arriver ici ? Si je te réponds, tu prendras un mètre mesureur je te connais. Tu parlais de Proust, de déplacements, de plaisirs de gamins frondeurs, sans te donner mon numéro de page favori, un kilométrage, je peux juste te faire sentir que je me sens complice. Que j’ai le goût de ta vie et que si tu débordes un peu sur la mienne aujourd’hui, je j’accepte.

— Tu me touches. Comment te le dire pour que cela contienne un peu plus que le reste ?

— Je ne vais pas te répondre. Essaie de ne plus poser cette question autour de toi.

— Non non, ethnologue et mécanique.

— Il y a plusieurs combinaisons possibles.

 

écrit ou proposé par Nolwenn Euzen mise en ligne le dimanche 17 novembre 2013