Linguisterie générale et autres menuiseries

Accueil > DES PAROLES ET DES PLANS > Les pieds dans l’art brut

Les pieds dans l’art brut

Judith Scott

Les petites phrases du mur de citation des artistes

J’ai vu ce corps et j’ai dit : sortez de ce cadre.
Aloïse Corbaz

A moi les langues de feu qui embrasent
Madge Gill
Quelque chose tenait dans ma main comme un moteur
Minmie Evans
Ils sont en train d'essayer d'atteindre Mars. J'y étais avant eux.
Scottie Wilson
Avec mon système je fais le tour du monde en une minute.
Jules Lespold
Moi, je fais de la broderie bigoudène qui viendrait de Mandchourie.
Emmanuel Deriennic

En visite de la collection d’art brut abcd - Bruno Decharme à la Maison Rouge (Paris), j’ai rejoint la présentation que proposait Bruno Decharme à des proches tant son propos m’a tout de suite interpellé. Au premier tableau cette formule conçue par l’artiste : "je vivais à 365 degrés". Comment dire autant de choses en si peu de mots ? C’est la magie des oeuvres proposées, des oeuvres-pulsion en lien direct avec l’expérience psychique, sans miroir de l’histoire de l’art à l’intérieur d’elles-mêmes, sans concept qui se voudrait tel. Un champ passionnant distinct de l’art "contemporain" proprement dit. "l’art brut préféré aux arts culturels", la formule-manifeste de Dubuffet. Dans mon esprit, gourmand de tout y compris des chefs d’oeuvres les plus culturels, y compris d’art parfois conceptuel, c’est un vent frais, une joie du vent cet univers de l’art brut, et particulièrement cette collection.

Dwight Mackintosh


Dwight Mackintosh

Dwight Mackintosh

Harald Stoffers

Le plan de l’exposition reconstitue une aventure de la connaissance. A l’origine le chaos - Ricochet solaire - Aux royaumes des chimères - Objets magiques - Jeux avec le langage - Hétérotopies scientifiques

- Cartographies mentales - Sang et fureur - Vertiges de la chair - Epopées célestes - Sauver le monde : on s’enfonce dans un monde constitué d’une pluralité de mondes, dans la rencontre de destins humains complexes, de matériaux brutes, et de puissants lieux de résistance psychique à la menace de leur décomposition. D’où la force étonnante du rendez-vous et un sentiment libérateur de croiser l’art à l’endroit de nous où nous sommes, indépendamment de nos multiples appartenances, réunis dans une même expérience de nos structure archaïques profondes : "la réalité psychique". Témoignage exemplaire du besoin de liberté comme il se manifeste en eux, artistes de l’art brut, en chacun, artiste de sa vie.

Où s’élaborent les rêves

" le savoir dont il est question ici s’inscrit dans des objets artistiques aptes à représenter la complexité de "la réalité psychique", l’autre scène où s’élaborent les rêves - et aussi à l’occasion le délire -, manifestation d’un ailleurs de nous-mêmes que nous n’accueillons qu’au titre de l’étrangeté. On peut en dire comme d’un rêve qu’il est bizarre - sans ignorer qu’il recèle une vérité refoulée" - Béatrice Steiner, De quoi parle l’art brut ?

Pour aller plus loin :
- De quoi parle l’art brut ? Actes du séminaire sur l’art brut - Ed. ABCD et Collège international de philosophie, 2012
- Art Brut Connaissance et Diffusion www.abcd-artbrut.net
- http://www.lamaisonrouge.org/ Collection abcd - Bruno Decharme
17 octobre 2014 - 18 janvier 2015
(N.B. En l’absence du catalogue, certains noms d’artistes manquent dans les images de cet article)
- Visité également : "Sous le vent de l’art brut : collection de Stadshof" - Halle Saint PIerre, Paris du 17/09 au 4/01/2015

écrit ou proposé par Nolwenn Euzen mise en ligne le dimanche 4 janvier 2015