Linguisterie générale et autres menuiseries

Accueil > DES PAROLES ET DES PLANS > Nous sommes enfants de Charlie

Nous sommes enfants de Charlie

Avant la marche républicaine, demain dimanche 11 janvier à 16 heures, reprendre sa traversée des événements, en parler depuis sa place à soi. Les situer dans la ville, dans sa ville. C’est dit et redit dans les médias, c’est à quelques rues de chez soi. L’emplacement exact est difficile à mémoriser, envisager. Besoin qu’il soit plus loin, autre part, ailleurs. Ces lieux, ils tiennent à peine dans la conscience. Nous sommes rue Appert au siège du journal Charlie Hebdo, dans le 11ème arrondissement, nous sommes à Montrouge, nous sommes porte de Vincennes dans le 20ème arrondissement près de l’épicerie casher. Nous sommes rassemblés par l’événement, rarement aussi effrayant. Chaque journal, chaque site d’information, chaque personnalité publique, chaque journaliste, chaque artiste, chaque intellectuel, chaque responsable politique, chaque responsable syndical, chaque responsable d’association, chaque voisin, chaque instituteur, chaque professeur, chaque professionnel, chaque parent, chaque enfant, chaque musulman, chaque bouddhiste, chaque hindou, chaque catholique, chaque orthodoxe, chaque juif, chaque agnostique, chaque athée, chaque citoyen, chacun de nous, traçons, dessinons dans nos têtes, parlons, écrivons, tweetons, partageons sur les réseaux sociaux, envoyons des SMS, des appels téléphoniques. Communiquons, nous déplaçons dans une réalité lourde épaissie par le choc. Lourde, apeurée, mais remuée, agitée, le monde entier alerté, informé, choqué, ébranlé. Les verbes être résonnent sourdement. ils sont des assassinats, des morts, des blessés, des traumatismes, des lieux, une date, des consciences en alerte qui peinent à se penser où elles sont, aujourd’hui, ici, dans cette nation déjà en crise où la brutalité des événements renforce, renforcera, les raccourcis des discussions, les angles abrupts de nos opinions, ceux qui sécurisent, cadenassent. Les mots sont aujourd’hui « je suis Charlie » : Charlie petit personnage de Martin Handford dans l’album jeunesse "Où est Charlie". Chercher Charlie dans une foule d’individus réunis sur la page, un jeu que les enfants adorent. Un enfant joueur qui apprend à voir, distinguer, reconnaitre. Une sorte de Petit Prince, personnage de papier, tendre, pacifique et ingénieux. Sans violence. Voilà ce que Charlie est d’abord dans nos consciences et ce que nous sommes tous à travers l’attentat, quelque soit notre place, nos opinions politiques. Demain, dimanche 11 janvier, à 16 heures, de la place de la République à celle de la Nation, nous formerons des milliers de petits crayons qui se déplaceront sur la page de Paris pour dessiner un acte de résistance citoyen face à la barbarie. La première réponse reste bouger, déplacer, une marche, des mots, des paroles, des images. De tels événements ravivent nos craintes archaïques, profondes, irrationnelles. Nos peurs d’enfants, nos coeurs blessés, nos outrages, nos rages, nos colères, nos névroses, où qu’elles soient.

écrit ou proposé par Nolwenn Euzen mise en ligne le samedi 10 janvier 2015