Linguisterie générale et autres menuiseries

Accueil > BABEL CIRCUS > Enfance soluble

Enfance soluble

Choc séminal de nos meilleurs coups de coudes, nos pires coups de griffe, nos sirènes S.O.S., nos abandons pardon, nos équations bidon. Taillé de blocs chahutés. Fracas de gorges sellées. Démarrons notre horlogerie de sauterelle dans l’infra-monde.

Motorisé un rêve d’enfant aux trajectoires sublimes. Etalé de cavernes tous les objets à réaction, tourné le manège de dînettes inépuisables, de métiers infiniment préoccupants, de ménages prolifiques. Ivresse maternante des poupées. Cousu affaires dans l’ardeur des tissus. Tricoté mailles coloré de tonalités le swing de mes aiguilles. Fariné de mondes époustouflants, phosphoré de mélanges boueux gastronomiques, de formes euphoriques de pâtes, de tapiocas clownesques. Fouillé archéologiquement tous les placards. Chevillé les allées et venues adultes d’enquêtes à répétition. Enchaîné les kilomètres au format timbre poste. Fourmillé de rendez-vous chaque coin particulier chaque cave escalier nids du poulailler rang du potager angoisse du grenier. Distillé de chauffes astronomiques au plus élémentaire. Frappé trois coups tous publics devant les ustensiles culinaires. Ganté de cuir noir homme à la moto jamais coiffé jamais lavé qui filait vers le midi un-ai-gle-sur-le-dôô saluant grands-parents, arrière grand-mère, remerciant pour leurs applaudissements.

Son tour enfante l’engrenage de nos saisons.

écrit ou proposé par Nolwenn Euzen mise en ligne le lundi 18 mars 2013