Linguisterie générale et autres menuiseries

Accueil > LÁ OÚ JE SUIS ALLÉE LIRE > Revue La moitié du fourbi - n°3 / Visage (mars 2016)

Revue La moitié du fourbi - n°3 / Visage (mars 2016)

Autant de plaisir à découvrir chaque parution de « La moitié du fourbi ». A me laisser porter par l’érudition littéraire joyeuse et fantaisiste qui en fait sa couleur. Dix-sept contributions dont je rendrai compte sans chercher l’exhaustivité (l’ensemble est foisonnant). Le volume s’apprécie d’entrée de jeu par le soin porté à l’objet, la qualité du papier (cahier photo en papier couché), son graphisme, la qualité des impressions.

« Visage » est un nouveau terrain d’enquête après « Ecrire petit » et « Trahir ». Terrain propice aux jeux de la fiction à générer ce qui se meut au seuil des apparences et du sensible. Propice aux jeux de l’image à rendre visible ce qui prend figure. Prendre figure comme faire naître une fiction, faire jeu de fiction au bord du visible, forment ici une proposition labile du « faire visage ».

Visage absent, textes pulsés de tensions, ainsi des propositions de Sabine Huynh et de Romain Verger, cette dernière en correspondance avec la performance dansée d’Olivier de Sagazan.

Dire le visage d’un peuple, ce qui tient ensemble dans le corps d’un visage plus grand que soi. Une amplitude du phrasé avec des images du film de Franck Smith.
Dessiner avec la matière typographique un visage de George Perec pour mieux évoquer dans la trame la disparition chère à l’auteur : vertigineuse figure d’ Étienne Lécroart.

Visage d’M le maudit, de révolutionnaire, d’éphèbe, visage du père, portraits reconstitués, portrait romain, visage des souvenirs, dans chaque texte opère une séduction propre à nous faire sentir ce lien ténu du visage au texte.
D’autres pistes empruntées dans l’analyse statistique du visage et des règles du photomaton, du visage d’explorateurs conservés dans les glaces du lieu d’exploration.

Je finis dans l’ordre de lecture par les photographies-textuées d’Anne de Gelas, une conversation philosophique passionnante sur la pratique du selfie, un potentiel complot de l’astronomie moderne concernant la marche sur la lune. En clôture la pérégrination dans l’œuvre de Jean Genet et en particulier d’un texte singulier dédié au visage dans un tableau de Rembrandt - la littérature perçue dans sa capacité de défigurer et redonner figure en continu.

Contributions de Daniel Levin Becker, Hélène Gaudy, Sabine Huynh, Bona Mangangu (encre), Sylvain Prudhomme, Antoni Casas Ros, Romain Verger, Philippe Rahmy, Anne-Françoise Kavauvea, Brian Joseph Davis, Zoé Balthus, Sylvain Pattieu, Frank Smith, Hugues Leroy, Anthony Poiraudeau, Anne de Gelas (photographies et carnets), Agathe Lichtensztejn, Alessando Mercuri, Frédéric Fiolof

La moitié du fourbi, n° 3, mars 2016, 111p., 14 euros.
Achat possible en ligne sur le site : lamoitiédufourbi.org
ou sur commande en librairie

écrit ou proposé par Nolwenn Euzen mise en ligne le mercredi 15 juin 2016