Linguisterie générale et autres menuiseries

Accueil > BABEL CIRCUS > Je ne suis pas une femme qui berce

Je ne suis pas une femme qui berce

« Je ne suis pas une femme qui berce », dit-elle, soulagée où elle imagine l’entendre le dire, peut-être assise dans un fauteuil ou les coudes posés sur une table. Non, je ne suis pas une femme qui berce (elle entendrait les blessures : est-ce plus est-ce moins pas d’échelle de mesure le feu encore là) « Je ne suis pas une femme qui berce », son aveu tranquille c’est joué c’est derrière moi c’est là ne m’en veut pas je suis la mère que je suis non ça elle ne l’aurait pas dit je suis née quelque part reprends-tu quelque part tu pourrais cracher crier dire où, tu es compréhensive mais tu n’es pas une femme qui berce penses-tu désolée pour les hommes que tu voudrais aider désolée pour les femmes que tu voudrais épauler non je ne suis pas et là non plus pas plus que là non non encore moins là. Tu es allée lui tendre la main, de quoi te souviens-tu. Rien ne bouge dans l’espace pétrifié controversé, non je ne suis pas une femme qui berce dit-elle sans culpabilité et une douceur particulière tu ne fais pas de bruit tu es là tu écoutes tu observes de quoi te souviens-tu il faudra une frontière tu as froid chambre brûlée non je ne suis pas une femme qui berce l’émotion dans une pièce petite et fragile l’oeil berce continument la traversée autour. 

écrit ou proposé par Nolwenn Euzen mise en ligne le lundi 18 mars 2013