Linguisterie générale et autres menuiseries

Accueil > INVITATIONS & COMPLICITES > Poètes et écrivains : H. Sanguinetti, M. Gosztola, Mutt-lon and (...) > Poème happening avec le nom cambouis dedans, Roger Lahu

Poème happening avec le nom cambouis dedans, Roger Lahu

Tiens, c’est joli, cambouis. Pourquoi t’as
jamais fait un poème sur "cambouis" ?

donc

POEME HAPPENING AVEC LE NOM CAMBOUIS DEDANS

Il y a encore quelques mois j’avais une très vieille AX diesel
On me l’a volée et même brulée
Alors maintenant je roule dans une R11 GTL de 20 ans d’âge
C’était la bagnole de mon vieux père
Il est mort
Mais lui on ne l’a pas brulé
Mais enterré
Un jour où il pleuvait terriblement
Ce qui n’égaye pas un enterrement
Bien que même sous un ciel bleu un jour ensoleillé
Un enterrement ça n’est jamais gai
Les AX c’étaient des Citroen
La R11c’est une Renault
J’ai donc changé de garagiste
Et hier en allant chez moàn nouveau garagiste Renault
J’ai constaté que madame la garagiste ressemblait énormément
À une de plus plus cheres amies
Je le lui ai dit dans un mail
« Françoise tu sais quoi ? ma nouvelle garagiste Renault elle te ressemble »
Elle m’a répondu
« oui, j’ai ausculté ta bagnole (
..Hier j’ai remonté un joint de culasse du tonnerre. Ce
matin, c’est le filtre à air qu’est un peu encrassé, mais rien à dire sur le
delco.
Seulement, viens pas me poupouter au garage car j’aime pas les poutous quand
j’ai les mains dans le cambouis. Tiens, c’est joli, cambouis. Pourquoi t’as
jamais fait un poème sur "cambouis" ?
et forcément ça m’a titillé
cette question
pourquoi en effet n’ai-je jamais écrit un poème « sur le cambouis »

et même
pourquoi n’a t on sans doute jamais écrit un poème sur le cambouis
et peut être même le mot cambouis n’apparait il jamais dans un poème

pourquoi ?

peut être que la poésie a peur de se tacher les doigts ?
de se confronter à la basse réalité de nos existences ordinaires ?
celle qui a les ongles en deuil
et qui pue un peu la sueur et les pieds ?

de mon vieux père mort
outre la R11 GTL j’ai conservé aussi deux trois vieux bleus de travail
je ne les mets que pour de vrais labeurs

pas pour écrire des poèmes
même avec le mot « cambouis » dedans

le mot cambouis dans un poeme c’
est toujours forcément un faux semblant
qui ne tache ni la page ni ne sent
cette odeur si particuliere
qu’est l’odeur du cambouis

ce poème ne sent rien
ni la sueur
ni les pieds
ni le cambouis

et ça me navre infiniment

Roger Lahu

écrit ou proposé par Nolwenn Euzen mise en ligne le lundi 18 mars 2013