Linguisterie générale et autres menuiseries

Accueil > BABEL CIRCUS > Ne me dites pas que vous êtes d’ici

Ne me dites pas que vous êtes d’ici

 

Ramifier son histoire dans les branches de la ville. Je dis ville pour étendre, dessiner. Je dis ville un espace que j’ouvre. Pour tracer, circuler, effacer les contours, déborder. Passer d’un quartier à un autre, de mon siècle au précédent, d’un chez vous à chez moi. J’y ai cherché mes pieds dans son sol compliqué. Sympathisé son ordre, son désordre, sa banalité ses envies. Paris est sans Paris est comme j’y suis arrivée. Y ai suivi ses flux, épousé ses profils, évalué ses lignes, indiqué ses itinéraires on entre parfois dans mon visage comme dans un village. Je dis ville les pieds nus pour une citoyenneté inédite dans la ville. Je n’habite pas ici je ramifie mon histoire à ses coordonnées. Ne me dites pas que la ville est là. Sortons ! Sortons ! Ne me dites pas que vous êtes d’ici. Je dis ville pour l’entendre autrement. Le monde son épicerie fabuleuse. Son versant spontané, oeil tendre par les fissures. Allez allez. J’entends le bruit de ma tribu dans les conversations dans les bras silencieux les bassins serrés le sol au son des coudes. 

écrit ou proposé par Nolwenn Euzen mise en ligne le mercredi 20 février 2013